Le courtier en prêt immobilier : son rôle et ses objectifs

Le courtier immobilier est aujourd’hui un acteur incontournable dans le monde du prêt immobilier, 35 % des Français y ont recours pour trouver leur crédit. Faire appel à un courtier vous facilitera la vie. En effet, le courtier s’occupe de toutes les démarches de A à Z, du montage du dossier à la négociation du prêt, et ce jusqu’à la signature chez le notaire.

Faisons un focus sur le rôle du courtier en prêt immobilier et sa rémunération.

Rôle du courtier

Les démarches concernant votre projet immobilier peuvent paraitre longues et compliquées pour l’emprunteur. En effet, jongler entre les échanges avec les banques, l’agent immobilier et le notaire demandent du temps et de l’énergie. C’est ainsi que le courtier intervient, en effectuant toutes les démarches à votre place, avec comme garantie, la bonne gestion et le suivi de votre dossier.

 

1. Le montage du dossier

Le montage du dossier requiert plusieurs documents demandés par les banques pour le traitement de votre dossier. Le courtier pourra ainsi réunir et traiter tous vos documents pour monter votre dossier et le présenter aux banques. Il pourra également repérer les éléments de votre dossier à mettre en avant auprès des banques (Apport, revenus, situation professionnelle, …)

2. L’envoi du dossier aux banques

À la suite du montage du dossier, le courtier enverra votre dossier à aux banques. Chaque banque a ses particularités et ses attentes concernant le type de dossier accepté. Le courtier connait bien-sur les attentes de chacun de ses partenaires bancaires, pour négocier avec celles-ci les conditions d’octroi. La force du courtier réside dans sa connaissance pointue du marché et de ses partenaires. De plus, il est en véritable position de force car il pourra négocier avec un panel de partenaires bancaires susceptibles d’obtenir les meilleures conditions de financement.

3. La négociation

L’étape suivante concerne la négociation des taux d’intérêts et des conditions de financement des banques. Les courtiers ont des taux préférentiels négociés avec leurs partenaires bancaires et étant spécialistes en la matière, ils défendront mieux le projet client auprès des partenaires bancaires.

Mais ce n’est pas tout ! En dehors du taux d’intérêt, les courtiers pourront également négocier les contreparties demandées par les banques, l’assurance emprunteur, etc… qui peuvent vous permettre de faire des économies sur le cout total du prêt.

 

Sa rémunération

La démarche du courtier vous apportera tout d’abord un gain de temps. Vous lui déléguerez toutes les démarches bancaires pouvant être fastidieuses et compliquées pour vous, en tant qu’emprunteur. Ainsi, l’emprunteur doit autoriser le courtier à effectuer les démarches à sa place, en lui signant un mandat de courtage, indiquant la nature du projet et son coût.

La rémunération diffère selon le courtier. Ils perçoivent en général deux sources de rémunérations :

  • Les commissions bancaires : Les courtiers sont rémunérés par les banques en tant qu’apporteurs d’affaires et perçoivent une rémunération dédiée. Le taux et le plafond seront fixés entre le courtier et la banque, en fonction du volume de dossiers apportés et des politiques des banques. Cependant, à ce jour, les commissions bancaires sont de plus en plus réduites et seront amenées à disparaître à terme.
  • Les honoraires de courtage sont versés par l’emprunteur et inclus dans le coût total de l’opération. Ils représentent en général 1% du coût total du prêt et sont due à la signature chez le notaire. Les courtiers en prêt immobilier sont soumis à la loi Murcef et ne peuvent pas exiger leurs honoraires avant la signature officielle chez le notaire.